www.rphweb.fr ECOLE de PSYCHANALYSE & CONSULTATIONS

Consultation publique de psychanalyse Paris : Comment soigner l’énurésie chez l’enfant ? à Paris 75

Comment soigner l’énurésie chez l’enfant ? à Paris 75

 

 

 

Comment soigner l’énurésie chez l’enfant ?

 

Angélique SIMON

Paris, le 26/11/17

 

 

Tout psychiste travaillant auprès d’enfants a certainement déjà été marqué par le nombre élevé de jeunes patients qui viennent consulter pour des troubles urologiques ne présentant aucune lésion organique. Et, quand ces lésions organiques existent, il n'est pas rare non plus d'en constater leurs répercussions sur le psychisme de l’être.

Ainsi, en France, plus de 400 000 enfants font "pipi au lit"

 

Les enfants sont généralement propres dans la journée entre 20 et 30 mois, mais c'est seulement vers 3 ans et demi qu'ils deviennent autonomes la nuit et les accidents nocturnes restent fréquents jusqu'à 5 ans

De 5 à 7 ans, environ 10% des enfants font pipi au lit. Même si ce problème est courant, ce n’est pas une raison pour l’ignorer et attendre qu’il se règle de lui-même. Car pendant ce temps, l’enfant peut réellement être en souffrance.

 

On distingue deux types d’énurésie :

  •        l’énurésie primaire : l’enfant n’a jamais été propre la nuit.
  •     l’énurésie secondaire : l’enfant se remet à mouiller son lit alors qu’il était propre. Cette régression arrive le plus souvent après un choc affectif : décès d’un proche, séparation ou divorce des parents… Dans des cas plus rares, une cause organique (par exemple : pathologie infectieuse urinaire, diabète débutant) peut être à l’origine de ces troubles.

 

 

L’énurésie la plus fréquente est l’énurésie nocturne primaire qui à elle seule représente de 60 à 85 % des fuites urinaires chez l’enfant. Les garçons sont plus touchés par l’énurésie nocturne que les filles en atteignant une prévalence estimée entre 6 % et 10% à l’âge de 7 ans.

 

 

L’énurésie, l’expression d’une souffrance ?

Parfois le vécu de l’enfant le déborde, il interpelle alors les adultes par un trop de quelque chose : agressivité, timidité, manifestations somatiques, de petites maladies répétitives, ou des symptômes comme l’énurésie etc.

 

Le cadre d’une psychothérapie ou d’une psychanalyse offre la possibilité à l’enfant, par la méthode de l’association libre, de traduire ces maux du corps par l’exercice de la parole.

 

Accompagnée par le psychanalyste, la cure psychanalytique vise à permettre au jeune patient de parler ses pensées, son corps, ses rêves.

 

 

A quel moment consulter ?

Si l’enfant parle beaucoup de son énurésie ou au contraire s’en cache, s’il pleure sans raison ou pour une raison qu’il pense inavouable, s’il semble avoir un problème à l’école, si un changement important s’est produit dans le vie de l’enfant et semble le déstabiliser… Il faut alors ne pas laisser perdurer la situation.

 

Pour consulter un psychothérapeute, un psychiatre, un psychanalyste à Paris, pour parler de votre souffrance, vous pouvez consulter le site internet du RPH. Vous pouvez aussi me contacter au 07 78 25 43 11.