www.rphweb.fr ECOLE de PSYCHANALYSE & CONSULTATIONS

Consultation publique de psychanalyse Paris : XIVème colloque du RPH, à Paris 75 - Le syndrome de fatigue chronique

XIVème colloque du RPH, à Paris 75 - Le syndrome de fatigue chronique

 

XIVème colloque du RPH, à Paris 75:

Le Syndrome de Fatigue Chronique

 

 

La fatigue est une des plaintes les plus fréquentes et les plus difficiles à gérer. Nous savons qu’une personne sur quatre qui consulte un médecin dit vivre dans un état de fatigue important.

Le premier défi est d’en trouver la cause : seuls les traitements étiologiques sont efficaces. Le second défi consiste à gérer les patients dont la cause de leur fatigue n’est pas mise en évidence. 
Nombreux sont les médecins confrontés dans leur quotidien clinique au syndrome de fatigue chronique (SFC). Dans ce syndrome, les patients se plaignent d’une fatigue qui dure depuis au moins six mois. Les informations cliniques recueillies jusqu’à présent ne nous permettent pas de tirer de conclusions sur les causes de ce syndrome. Plusieurs traitements - médicaux et psychiques - ont été tentés par les personnes qui en souffrent. Les patients cherchent très souvent le médecin pour se plaindre des symptômes qui les accablent tels : l’épuisement, l’insomnie, les maux de têtes, les pertes de mémoire.

Il est important de signaler que, selon la littérature spécialisée, le SFC ne se caractérise pas uniquement par une fatigue chronique, mais également par d’autres symptômes, comme des douleurs musculaires et articulaires. Il faut signaler que tous ces symptômes surviennent sans que le médecin ne puisse les articuler à une quelconque maladie. Comme les patients se plaignent aussi d’avoir de fortes difficultés à effectuer les tâches quotidiennes, tout laisse à penser que ce syndrome rend la vie difficile, voire insupportable. Du point de vue médical, le praticien ne trouve pas de cause organique qui puisse justifier ces symptômes diffus. Il a été observé qu’un évènement déclencheur peut être repéré, qui peut aller de l’infection virale au traumatisme psychique. Pourtant, en psychothérapie ou en psychanalyse, dès que la fatigue cède de sa position principale dans le discours du patient, c’est alors au tour de la détresse, de la culpabilité, du sentiment de punition et de l’agressivité de prendre le relais !

C’est en partant de l’expérience commune aux médecins, aux psychothérapeutes et aux psychanalystes mis face à ce syndrome, que nous souhaitons nous arrêter, ce 5 avril, sur les perspectives ouvertes par la clinique actuelle du syndrome de fatigue chronique.

 

 

Programme: 

08 h 30 : Accueil du public
09h 00 : Ouverture : Laure Baudiment, Psychothérapeute
09h 10 : Nicole Sellès, Association C.F.S./S.P.I.D.
09h 30 : Hugues Rousset, Médecin 
09h 50 : Fernando de Amorim, Psychanalyste
10h 10 : Discussion. Modérateur : Julien Faugeras, Psychothérapeute
10h 40 : David Tessier, Ostéopathe
11h 00 : Alain et Laurence Taieb, Médecins
11h 20 : Jean-Baptiste Legouis, Psychothérapeute
11h 40 : Discussion. Modérateur : Julien Faugeras, Psychotérapeute
14h 00 : Claire Tarragano, Médecin 
14h 20 : Françoise Rosenblatt, Association Enfance et Partage
14h 40 : Bernard Ruiz, Médecin 
15h 00 : Discussion. Modérateur : Julien Faugeras, Psychothérapeute
15h 20 : Josée Bolliet-Renaud, Médecin 
15h 40 : Catherine Eychenne, Médecin 
16h 00 : Françoise Becavin, Association C.F.S./S.P.I.D.
16h 20 : Discussion. Modérateur : Julien Faugeras, Psychothérapeute
16h 40 : Conclusion : Laure Baudiment, Psychothérapeute