www.rphweb.fr ECOLE de PSYCHANALYSE & CONSULTATIONS

Consultation publique de psychanalyse Paris : Souffrir de troubles alimentaires et prendre rendez-vous pour en parler, Paris 9ème.

Souffrir de troubles alimentaires et prendre rendez-vous pour en parler, Paris 9ème.

 

Souffrir de troubles alimentaires et prendre rendez-vous pour en parler, Paris 9ème.

 

Angélique SIMON

Paris, le 26/12/17

 

 

L’anorexie, la boulimie et l'hyperphagie font parties des symptômes liés à l’alimentation. 

 

° L'anorexie :

L'anorexie mentale est une maladie psychique qui survient le plus souvent au moment de la puberté, lorsque le corps commence à se transformer. Elle touche principalement les jeunes filles (1% des femmes entre 15 et 35 ans), mais aussi les garçons (1 homme pour 10 femmes). L'anorexie mentale est un Trouble du Comportement Alimentaire (TCA).

Il est d'une importance majeure que le psychanalystele psychiatre ou le psychologue ne passe pas à côté du registre médical de l’anorexie car elle peut être provoquée par une maladie organique, un cancer par exemple, ou encore par des infections bactériennes ou virales. Par ailleurs, l'anorexie mentale peut faire suite à un choc émotionnel

 

° La boulimie :

La boulimie, comme l’anorexie, est un Trouble du Comportement Alimentaire, qui touche principalement les femmes. Si les personnes qui souffrent d’anorexie mentale exercent une restriction alimentaire drastique, les personnes boulimiques, au contraire, tentent de compenser leur souffrance et le vide en elles par l'ingestion incontrôlée d'aliments. Une fois “remplie”, la patiente ne trouve pourtant plus qu’un seul moyen de se libérer :en  se faisant vomir. De là, peut naître l'engrenage d'un cercle infernal dont il est très difficile de sortir sans l'aide d'un professionnel.

 

° L'hyperphagie :

L'hyperphagie est très semblable à la boulimie en ce sens qu'elle implique l'ingestion d'aliments en quantité importante sur une courte période de temps. Contrairement à la boulimie, l'hyperphagie exclut les stratégies de contrôle de poids que sont les vomissements, la prise de laxatifs ou un régime excessif. La prise alimentaire hyperphagique est suivie d'un sentiment de honte et de culpabilité, souvent amplifié car le patient souffre souvent de surcharge pondérale ou d'obésité.

Les causes de ces trois troubles sont complexes mais, pour en saisir l'essence, comme celui d'autres troubles alimentaires, le clinicien ne peut pas se passer d’examiner avec la ou le patient ce qui lui arrive, en consultation : le travail clinique de considérer, de revisiter, avec le patient, son histoire.

 

J'utiliserai ainsi le mot « symptômes» pour désigner ces troubles, car les personnes présentant ces difficultés disent souffrir de la relation qui est la leur avec l’alimentation ou la nourriture.

 

De là, j’insiste sur l’importance d’examiner au cas par cas, sans précipitation, l'étendue des symptômes, c'est pourquoi le RPH a développé de longue date la clinique du partenariat.


Selon Fernando de Amorim, psychanalyse à Paris : «  s’il faut nourrir la clinique de l’anorexie en particulier, et la clinique en générale c’est avec le transfert, c’est-à-dire, la relation particulière entre patient et clinicien. C’est à partir de cette relation que pourra naître un savoir sur le message codé du symptôme et la souffrance et le bénéfice qu’il apporte à la vie du patient »1.

 



 

 

 

1Fernando de Amorim, http://www.fernandodeamorim.com/ est psychanalyste dans le 9ème arrondissement de Paris, il est le fondateur du RPH et de la CPP et poursuit son travail dans la lignée de Sigmund Freud, et de Jacques Lacan.