www.rphweb.fr ECOLE de PSYCHANALYSE & CONSULTATIONS

Consultation publique de psychanalyse Paris : Revue de Psychanalyse et Clinique médicale n° 35, Sur les effets de la psychanalyse

Revue de Psychanalyse et Clinique médicale n° 35, Sur les effets de la psychanalyse

Revue de Psychanalys : 25,00 €

Retrouver ici les actes du XXVIIè colloque du RPH-Ecole de Psychanalyse, de l'hiver 2014, intitulé :

 

"Une clinique psychanalytique contemporaine, sur les effets de la psychanalyse"

 

Avec les textes des interventions des psychothérapeutes et psychanalystes, membres cliniciens du RPH.

 

ainsi que des articles inédits.

 

Extrait de la revue : l'Editorial de Edith de Amorim

 

" Les effets de la clinique psychanalytique : il y en a et de toutes sortes, de tellement de sortes que les énumérer, ces effets, reviendrait à en faire un inventaire à la Prévert !

 

Mais dans ce nombre il en est un, d’effet, qui revient et fait l’effet d’être celui princeps : il s’agit de l’apaisement des conflits psychiques.  La haine, l’agressivité, la relation imaginaire, l’altruisme, la souffrance, l’orgueil … comme autant de bêtes sauvages, s’apprivoisent au contact d’une parole jusqu’alors inouïe qui bouscule et bascule le déni.

 

Nous sommes, alors, à l’hiver 2014, les attentats sanglants et spectaculaires contre Charlie Hebdo, la Police et les Juifs n’ont pas eu lieu, même si le terrain est miné déjà depuis longtemps, même s’il l’est déjà toujours.

 

Récemment, Jean-Baptiste Legouis, clinicien et Secrétaire Général du RPH, a engagé notre école dans ce combat singulier contre le DSM-5 aux côtés des membres de l’ECF, de l’ALI, d’Espace Analytique, de la Société de psychanalyse freudienne, du cercle freudien.

 

Ce même Jean-Baptiste Legouis a dit un poème de Jacques Prévert qui me toucha profondément. Ce fut un soudainement beau moment qui restera dans ma mémoire comme un effet que seuls poésie et humain peuvent produire. Vous n’aurez pas le ton, ni le rythme, ni l’expression, ni la respiration qui furent ceux de Jean-Baptiste lorsqu’il nous la fit entendre, mais au moins aurez-vous les paroles :

 

PRESQUE[1]

A Fontainebleau

Devant l’hôtel de l’Aigle Noir

Il y a un taureau sculpté par Rosa Bonheur

Un peu plus loin tout autour

Il y a la forêt

Et un peu plus loin encore

Joli corps

Il y a encore la forêt

Et le malheur

Et tout à côté le bonheur

Le bonheur avec les yeux cernés

Le bonheur avec des aiguilles de pin dans le dos

Le bonheur qui ne pense à rien

Le bonheur comme le taureau

Sculpté par Rosa Bonheur

Et puis le malheur

Le malheur avec une montre en or

Avec un train à prendre

Le malheur qui pense à tout…

A tout

A tout… à tout… à tout…

Et à Tout

Et qui gagne « presque » à tous les coups

Presque.

 

Nous reste donc, à nous humains, très humains, ce « presque » prévertien qui va bras-dessus dessous avec cet « avoir l’air » lacanien et qui font que les trois registres tiennent.

 

 

[1] Prévert, J. (1949) Paroles, Folio, Paris, 1972, p. 158.

 

 

Sommaire

 

Editorial

Edith de Amorim, RPH                                p. 9

 

Articles :

 

La jouissance dans notre société

contemporaine

Ouarda Naït Mouhoub, RPH                       p. 15

 

Lire Lacan :

sur le chemin des pas-de-sens                     

Edith de Amorim, RPH                                p. 31

 

 

Actes du XXVIIe colloque                          p. 55

 

Ouverture                                              

Marine Lalonde, RPH                                 p. 57

 

Effet mère

Jean-Baptiste Legouis, RPH                        p. 67

 

Du pire au gai rire

Au-delà de la guérison

Laure Baudiment,RPH                                p. 89

 

Discussion

Modérateur : Fernando de Amorim, RPH     p. 109

 

Sur le désir

Julien Faugeras, RPH                                 p. 129

 

Quand le désir est là, le reste suit

Julie Vu Tong, RPH                                     p. 143

 

Discussion

Modérateur : Fernando de Amorim, RPH     p. 161

 

Remémoration, subversion, perlaboration

Ouarda Naït Mouhoub, RPH                       p. 183

 

Jouir Autrement

Marie-Hélène Bonnet, RPH                         p. 197

 

Frayer sa voix

Sara Buguet, RPH                                       p. 209

 

Discussion

Modérateur : Fernando de Amorim, RPH     p. 223

 

Conclusion

Diane Sourrouille, RPH                              p. 249

 

Cartographie                                               p. 255

 

 

Pour commander cette revue de psychanalyse, c'est ici.