www.rphweb.fr ECOLE de PSYCHANALYSE & CONSULTATIONS

Consultation publique de psychanalyse Paris : Psychologue pour soigner une addiction – Evry

Psychologue pour soigner une addiction – Evry

Psychologue pour soigner une addiction – Evry

 

 Evry, Février 2018

Alexis Pochez

 

 

Une addiction envahissante constitue un motif sérieux pour débuter une psychothérapie. En effet, on part de l'idée que le comportement ou le produit, même s'il est problématique, constitue intrinsèquement une tentative de solution trouvée par l'être. Cette solution ne peut être que précaire, parce qu'il y a nécessairement en deçà de l'addiction une souffrance, qui n'est toutefois pas nécessairement consciente pour la personne qui souffre de l'addiction.

 

Dresser une liste complète des addictions existantes serait fastidieux, voire impossible à effectuer. Il peut être important déjà de signaler que les addictions peuvent aussi bien concerner des comportements (addiction au sport, addiction au sexe, addiction au jeu) que des produits (cannabis, alcool, cocaïne...).

 

Le syndrôme de dépendance, concernant les addictions aux produits, est défini comme tel par l'OMS : 

Un assemblement de manifestations comportementales, cognitives et physiologiques dans lesquels l'usage d'un produit psycho-actif (ou d'une catégorie de produits) provoque un abandon progressif des autres activités.
 

 

Cette définition est avant tout d'ordre médical : en effet, dans la logique de cette définition, il faut qu'une substance psychoactive (comme l'alcool, la cocaïne, ou le cannabis) vienne empêcher la personne dans son fonctionnement « normal ». Or, ce n'est pas toujours le cas. Quoiqu'il en soit, lorsqu'un produit devient absolument nécessaire au quotidien, il peut être opportun de rencontrer un psychologue au plus vite afin de débuter une psychothérapie.

 

Certaines personnes conservent une vie quotidienne satisfaisante pour elles mêmes, qui ne laisse rien transparaitre à leur entourage... Jusqu'à un certain point. Car sitôt que la solution consituée par le produit (effet relaxant, empêchant de penser, ou stimulant) ne suffit plus, ou que l'addiction au produit devient trop problématique (effets secondaires médicaux, problèmes d'argent), la souffrance n'est alors plus contenue. Elle peut même s'avérer être plus forte, puisqu'en plus des problèmes qui ont mené à l'addiction, il y a désormais la souffrance de l'addiction et ses conséquences.

 

Les addictions comportementales peuvent être tout aussi problématiques que les addictions aux substances. Il peut s'agir du travail, du sport, de la masturbation, ou encore du ménage. Toute activité ou tout comportement est susceptible de basculer dans l'excès à partir d'un certain point. Cette forme d'addiction comporte un caractère plus insidieux que les addictions aux substances, parce que certains de ces comportements peuvent être valorisés par la société ou certaines instances : faire du sport, contrôler l'alimentation, ou travailler toujours plus par exemple.

 

Quand faut-il alors s'inquiéter ? Lorsque le comportement ou la substance ont des conséquences néfastes sur la vie de la personne. Il est alors conseillé de consulter un psychologue, et de débuter une psychothérapie afin de comprendre les enjeux derrière cette addiction, et d'apaiser la souffrance à la source de l'addiction.

 

Si vous même ou un de vos proches souffrez d'une addiction, et que vous souhaitez rencontrer un psychologue psychothérapeute à Paris ou en Ile de France, n'hésitez pas à appeler le 01.45.26.81.30. Nous vous mettrons en relation avec un membre clinicien du RPH proche de chez vous.