www.rphweb.fr ECOLE de PSYCHANALYSE & CONSULTATIONS

Consultation publique de psychanalyse Paris : Comment s'en sortir avec les jeux d'argent à Paris ?

Comment s'en sortir avec les jeux d'argent à Paris ?

 

Comment s'en sortir avec les jeux d'argent à Paris ?

Addiction, joueur pathologique et psychanalyse.

 

Angélique SIMON

Paris, le 26/12/17

 

 

« Le contraire du jeu n'est pas le sérieux, mais la réalité. En dépit de tout investissement d'affect, l'enfant distingue fort bien de la réalité le monde de ses jeux, il cherche volontiers un point d'appui aux objets et aux situations qu'il imagine dans les choses palpables et visibles du monde réel » 1

 

 

Jouer est une activité importante chez le petit homme et ce, tout au long de sa vie. C'est une activité indispensable au développement physique et psychique de tout enfant. Cela leur permet d’imaginer, de dire, de faire, d’anticiper, et aussi d’expérimenter de nouvelles situations avant de les mettre en œuvre dans « la vraie vie ». C'est en jouant que l'enfant est libre de se montrer créatif.

 

Plus tard, les adultes vont continuer à jouer. Dans l’activité ludique, la personne prend de la distance avec son quotidien, elle suspend le temps, elle oublie les obligations et les rôles sociaux pour s’investir dans une activité qui a pour but la distraction : se divertir seul ou se divertir en groupe.

 

La personne peut aussi jouer pour de l’argent. L’idée de gagner « le gros lot » et de passer le reste de leur vie à l’abri du besoin, de pouvoir dépenser sans compter ou simplement de réaliser leurs projets, fait rêver des millions dejoueurs qui ponctuellement tentent leur chance à la loterie.

 

Mais, lorsque le jeu est consommé en trop grande quantité, cette conduite peut provoquer des altérations du fonctionnement du patient avec des conséquences physiques, psychiques, familiales, professionnelles, sociales (…) néfastes pour la vie du sujet. Le joueur pathologique perd petit à petit le contrôle de sa consommation de jeu malgré la conscience qu’il peut avoir de ses conséquences.

 

Quand il n'a plus d’argent ou plus de possibilité de jouer, le joueur pathologique développe une symptomatologie de « sevrage ». Elle est marquée par des symptômes tels : des troubles du sommeil, de l’irritabilité voire de l’agressivité, de la nervosité, une perte d’appétit, des sueurs, etc.

 

Souvent d’autres addictions vont s’installer et accompagner le jeu pathologique : l’alcool, le tabac, l'usage excessif de tranquillisants, parfois la consommation de drogues, de substances illicites...

 

Ces symptômes sont néanmoins liés par un élément commun : la souffrance voire la dépression.

 

Cette situation détruit régulièrement les équilibres familiaux. Ceci d'autant plus si le comportement pathologique du joueur a été dissimulé pendant de longues périodes (mois, années) à l'entourage.

 

Quand la situation devient insupportable, le risque de passage à l’acte suicidaire est majeur.

 

Il apparaît donc difficile pour le sujet souffrant de rester avec ce poids, ce mal-être. Si mettre en mots des éprouvés trop forts et des pensées inavouables est impossible seul, la psychothérapie ou la psychanalyse offre un lieu contenant et propice à l'expression de ces affects et à la modification de l’écoulement de l’énergie psychique qui est utilisée au travers du symptôme.

 

Le psychanalyste mène progressivement le sujet à s’approprier son histoire en intégrant ses vécus douloureux. Le simple fait de faire la démarche de consulter un psychothérapeute ou un psychanalyste - à Paris 9ème ou ailleurs est un premier pas vers la guérison. 

 

Si vous désirez trouver un psychologue à Paris, ces liens vous seront utiles.

 

1Sigmund Freud, Essais de psychanalyse appliquée Idées, Gallimard, Paris, 1980, P. 70