www.rphweb.fr ECOLE de PSYCHANALYSE & CONSULTATIONS

Consultation publique de psychanalyse Paris : Comment accéder à la revue de Psychanalyse et Clinique médicale n° 37 : Les symptômes organiques, corporels et psychiques en psychanalyse.

Comment accéder à la revue de Psychanalyse et Clinique médicale n° 37 : Les symptômes organiques, corporels et psychiques en psychanalyse.

Prix : 25,00 €

Cette revue contient les actes du XXIXè colloque du RPH qui eut lieu à Paris à l'hiver 2015, intitulé " Les symptômes organiques, corporels et psychiques en psychanalyse ".

 

Un extrait de l'Editorial d'Edith de Amorim :

 

" C’est alors que les ruses se mettent en place, plus ou moins cruelles, plus ou moins invalidantes, permettant une assomption plus ou moins assise ; ces ruses ce sont les symptômes qui ont fonction première de préserver l’être qui les abritent dans un singulier gré à gré.

Or, cette journée propose d’emblée de les distinguer : organiques, corporels et psychiques.

Psychique, ça coule tellement de source ; corporel, ça renvoie à l’hystérie ; mais organique ? C’est quoi, déjà, la définition de symptôme ? [1]

Soudain, comme une avalanche de coups qui roulent distribuant les châtaignes, sens et acceptions se bousculent emportant les représentations, les compréhensions : même de cet étranger-là, cet organisme, ce foie, ce rein, ce sang, nous aurions à répondre ? Oui, même gravement lésé, même réduit à un organisme douloureux concentrant tout son intérêt, l’être ne cesse pas pour autant de désirer, ou tout au moins, dans ce cas, d’espérer.

La rencontre avec un psychanalyste, ce qui suppose de la part du malade la reconnaissance – quand bien même frugale – de son ek-sistence à ce moment précis, offre à l’être de renouer avec son intelligence, cette fonction symbolique, en retournant à ce code plus humain car le plus commun à tous les êtres parlants qu’est la parole, à la différence du code purement médical ou chirurgical.[2]

Les symptômes sont les textes sacrés des êtres soumis à un dieu implacable qui nécessitent une herméneutique : la psychanalyse. Elle permet la mise à distance d’avec la lettre de ce texte propre à chaque être mais qui ressort à une époque archaïque : la psychanalyse permet de faire de ce passé, un passé vrai, c’est-à-dire révolu.

Comme avec les textes sacrés qui énoncent des préceptes valables il y a cinq mille sept cent soixante-seize ans, deux mille seize ans, ou mille quatre cent trente-sept ans pour des raisons sanitaires, par exemple, et qui aujourd’hui ont perdu leur essentialité.

La psychanalyse se tourne vers les vivants et laisse les morts enterrer leurs morts."

 

[1] En médecine : Manifestation spontanée d'une maladie permettant de la déceler, qui est perçue subjectivement par le sujet ou constatée objectivement par un observateur.

En psychologie, psychanalyse : Expression d'un conflit inconscient donnant généralement naissance à un phénomène de compromis entre le désir refoulé et les exigences de l'instance refoulante.  Source : atilf.atilf.fr, entrée « symptôme ».

[2] Dolto, F. Séminaire de psychanalyse d’enfants, t. 2, Seuil, Essais, Paris, 1985, p. 145 : « L’intelligence est fonction symbolique et tout être humain en est doué. Mais comme il n’y a pas de représentation possible sans un code, cette fonction symbolique ne peut se passer de moyens, c’est-à-dire de médiations que sont la perception et la castration. »

 

 

Sommaire

 

Editorial

 

La vie, les bruits

Edith de Amorim, RPH                                p. 9

 

 

Actes du XXIXe colloque                           p. 15

 

 

Ouverture                                              

Edith de Amorim, RPH                                p. 17

 

Ca se noue ou ça se dénoue

Jean-Baptiste Legouis, RPH                        p. 27

 

Le corps a ses raisons

Julien Faugeras,RPH                                  p. 49

 

Discussion

Modérateur : Fernando de Amorim, RPH     p. 61

 

En son corps défendant

Sara Buguet, RPH                                       p. 87

 

Le symptôme comme chiffrage de la

   jouissance

Julie Vu-Tong, RPH                                     p. 103

 

Discussion

Modérateur : Fernando de Amorim, RPH     p. 117

 

Les origines passionnelles du symptôme

Marine Lalonde, RPH                                 p. 141

 

Corps troué, corporéifié, fantasmé

Ouarda Ferlicot, RPH                                 p. 159

 

Des symptômes au symptôme

   psychanalytique

Laure Baudiment, RPH                               p. 179

 

Discussion

Modérateur : Fairouz Nemraoui, RPH          p. 199

 

Conclusion

Matthieu Julian, RPH                                  p. 219

 

Cartographie                                               p. 227

 

Pour commander cette revue de psychanalyse, c'est ici.